Noir, le mur

img_0202

 

 

 

Noir, le mur et l’océan est d’or, enténébré qu’il est, profond et insondable ; à son chevet l’échelle tyrienne élève – et le geste accompagne – de son ancre boueuse une mue dans la déchéance des éléments ; l’oeil est rose érotique mais d’où peut-il être, d’ailleurs ? triomphe de l’humiliation, et la paupière éclose entre les seins des soies ; belle appuyée que tu deviens, noire contre le mur noir, qui scintilla. Seras-tu pauvre ? Rien n’en saura, mais disponible donc, jouissante de vérité ; tu ne sais rien, seule te parle la musique naissante dans son mot, tu l’entends avant de tracer toute ligne ; et tu ne discutes assurément qu’avec des vierges endormies, des extases saintes que la lumière ourdit ; ne parle plus alors et perpétue, dans tes sourdes ténèbres, de cabosser l’inébranlable acier dont se forge le ciel ce soir : il pleuvra de toi sur des seins imperméables ; la fleur au ventre n’existe que sur les fusils.

Martine Cros, le 22/09/16, Noir, le mur

Brahms, détail, acrylique sur toile.

2 réflexions sur “Noir, le mur

    1. Tout à fait possible que ce soit hermétique. La première phrase m’est venue à partir du détail du tableau. Après, la musique emporte les mots… Peut-être que cela signifie aussi qu’à certains moments difficiles, noirs, il y a le désir, rose, qui peut sauver des eaux…Je n’en sais rien, j’écris, et c’est bien tout. Merci de votre retour chère Anna!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s