Les Sonnets, les lisant

 

 

I

Le pays de la pensée

                                     s’étend

Un joyau, rayon de désir,

appelle la guerre mortelle

entre le coeur et le regard

*

L’absence manque plus que

                                             tout

tant je redoute que tu me frôles

Cependant que je m’étire me dénie,

le rai de l’or est matinal

*

L’ aveugle vue me rend aveugle

et depuis l’ombre de ces yeux

                                          d’aurore

meurt la nuit ténébreuse sur le

pays noir pensant 

*

Les tombeaux de l’amour s’ouvrent devant moi

Tels la vallée des Rois

dont reine je déchois

*

une

              écorce de reine             un

noyau de joyau

                                      gisent,

abritent lueurs et shadows

*

De vivre m’ensevelissent

les pesants fardeaux

et les bosquets fleuris,

écorce de reines noyau de joyaux

Ténébreuse, les nuits.

*

*

II

Insaisissable voilage

Insaisissable voile

y compris sur la ruine,

mon nom : telle Hamlet qui entend Remember me

je veux oublier qui détient le désir

                                   prisonnier dans ce néant nous

La seule fenêtre de la geôle

est la musique de

                                                      tes yeux

 

*

*

III

Par dessous les pétales

je n’entends ni féminin

ni masculin

de mon nom sa voix sublime,

et au-dessus dans la rosée caressante d’un chant,

là où lumière s’ébroue,

le regard peint l’amour naissant

*

 *

                                                            Lis les Sonnets

Then thou, whose shadow shadows doth make bright

How would thy shadow’s form form happy show

                                                            et les jeux d’ombre mienne

*

*

S.31 :                              Car tu es la tombe où l’amour enseveli doit vivre

*

*

*

*

Martine Cros, 4 décembre 2016, Les Sonnets, les lisant

Première partie – Lisant Sonnets XLIII, XLVI, XVII, XXIV, XXVII, et XXXI de Shakespeare — traduction par Pierre-Jean Jouve, Poésie Gallimard.

Photographies : de la poésie quotidienne

wp_20161202_14_38_01_pro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s