Autoportrait porté disparu

 

 

 

 

20170420_212030
M.C., Or II—autoportrait en disparaître—acrylique sur toile

 

 

 

 

 

Tu recouvres ton visage
du rouleau des ténèbres—tu hésitais un peu—laissé
une laque de lumière
sur la peau glisser glisser—souillée
la peau par des traces inexprimées—puis porté
disparu le visage dans l’origine
du monde

du monde

porté disparu.
L’or est venu—rage d’amours inexprimées—alchimie & poème & la langue—
libido de l’in-dit,
possibles évertualités.

 
Tu as recouvré ton visage
il ne t’est imposé—il s’est

posément apposé.

Tu fus mon fouet de lumière,

tu me laisses le lieu—
un lac noir de lin
bercée de ton aurore
où nue je baigne ma nuit.

 

 

 

Je comporte un poème
sous le visage
qui se couche—
inestimable—
en son expression encore lointaine.

Dors, mon visage qui viens, dors.
Si secret tu appelles la matière—
sonnet charnel
dans le roulis de mon corps—

Dans les lieux de l’aurore
tintent parfois
les derniers appels
de l’autoportrait

en disparaître

 

 

 

 

M.C./23/04/17, autoportrait porté disparu :

20170424_182018
M.C.,Or II—autoportrait disparu—acrylique sur toile

 

 

unnamed (3)
Détail

 

20170424_182519
Détail

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s