Reine

Don_Carlos_infant_d'Espagne_-_[...]Schiller_Friedrich_bpt6k684336
« Don Carlos » de Schiller

 

 

 

 

 

Travaillant lisant soir nuit.

 

 

Non. L’extase est divine !

A vos pieds pour jamais je veux prendre racine,

dit l’infant d’Espagne à sa reine.

 

 

Et faufilante, me faufilant plus loin :

Votre Don Carlos fut longtemps le nuage magique dans lequel

le dieu de ma jeunesse m’enveloppa pour m’empêcher de voir

trop tôt la petitesse et la barbarie du monde.

– Hölderlin à Schiller –

Concevant son roman d’Hypérion, Hölderlin était encore

sous l’influence de Don Carlos. Plus tard, il écrivait dans ses lettres

ce contraste entre le monde rêvé et celui où le poète est réduit

à vivre

à néant.

 

 

 

Le néant est à réinventer.

 

 

Le premier enfant de la beauté, dit Hypérion,

le premier enfant de la beauté humaine, de la beauté divine, c’est l’art.

 

L’art est à réinventer.

 

 

/MC\ 25.08.17

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s