Géante

 

 

 

Je suis une femme simple, un maillon discret dans l’humaine disharmonie; je tente peu à peu de retenir, des mains mélodieuses que je croise, l’engagement dans les anneaux de lumière qui feront naître, peut-être, un amour fort ajusté au socle de nos lendemains, un collier qui ne sera pas, encore, le signe d’un esclavage, ni une parure, mais une élégance sur le chemin que nous offrons à nos enfants. Je suis une simple alliance, je ne suis pas forgée de ce métal qui fonde les armures ; ma nature fine et vulnérable presque invisible est d’or. Aucun point de jonction n’entrave l’ovale infini de ma foi dans le secret de l’espérance. Et selon la lumière que m’allouent parfois le jour et sa nuit, je projette sur la terre une ombre maladroite, géante. Vu du ciel nous formons, maillon après maillon, un bracelet colossal au poignet du temps pauvre. C’est ce poignet que, parfois, au profond bleu de la nuit, je saisis dans un demi-sommeil ; j’y dépose un baiser et m’endors. J’aime cette heure inapparente qui me rend au vivant des étoiles. J’aime ces portes imperceptibles, il semble que seul le vent y soit sur le point de prononcer quelque chose.

 

 

 

 

/MC\, 3 septembre 2017, géante

 

20170826_210159

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s