Landscape I

island-library-1977
Jamie Wyeth, Island Library, 1977

 

 

 

 

Glaceurs diaphanes aphones des cymes fanées du loin été

Golgotha d’âmes infirmes dont la glace gèle le front décliné

L’iris muet d’amour grandeur nature comme un vautour s’abat sur la douleur

Plus qu’un violon un champ de cordes aux sillons prometteurs

 


Dans l’antre de dieu de feu dieu d’eau et d’air aucune matière d’or

Quelques corps errent en nous à la recherche d’îles indolores

Regarde devant dit Lucifer devant tu ne vois rien qu’une brume d’hiver

Assis sur les hauteurs tes yeux pourtant bandés emportent la lumière

 


Les épis blonds les ailes de genêts les ellébores

Se feront sans raison les fanions d’étranges miradors

Dont les miels aquatiques empliront les amphores de silence

 

 

 

La chute est infinie dans les entrailles de l’imaginaire

D’insolites sermons t’oppressent quand s’ouvre le rideau d’errance

Et le ciel bleu apparemment mourant comme à son ordinaire.

 

 

 

 

/MC\, 21 octobre 2014 / 4 janvier 2018.

– Poème paru précédemment sur le blog Aller aux Essentiels –

fallen-1975.jpg!HalfHD
Jamie Wyeth, Fallen, 1975 – Voir :  http://www.wikiart.org/en/jamie-wyeth#close –

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s