Réverbérations

 

 

20190421_151954 (1)

 

 

 

 

 

À l’aplomb de ces heures

que nous parvienne le baptême

sur le parvis où se baignent

arbres et visions

 

 

 

 

 

Si gracieuse

d’une mère

la douceur

que perle Paysage

dans la goutte sonore de l’éternité

 

 

 

 

 

(Et les miroirs regardent

obliquement honteux)

Dans les joncs d’or

où jeûnent encor

les apôtres de nos infinités

cousus

à ce renaissant vert des reflets

il n’est nul besoin d’être

(Nous nous sommes pardonnés

sans nous voir __ pardonnés

sans commettre l’inentendu)

 

 

 

 

 

À l’ourlet d’un silence

ne s’abstenaient les chants sacrés

que pour mieux laisser nos pas

 

 

tinter

 

 

 

 

 

 

__________

MC, 21/04/19, Réverbérations

 

20190421_153758 (1)
Au bord du lac de Panthier, Château de Commarin, Bourgogne