L’une des Variations du noir

 

 

20190407_112204
Détail

 

 

 

 

 

Je suis témoin. Je suis le seul témoin de moi-même,

Artaud, dans le Pèse-nerfs 

 

 

 

III

Deux femmes

Suspendues aux lèvres de la nuit

 
L’une psalmodie

Ses peuples éreintés

Assise sur un silence

Sans récit

 

 

De ses paupières devenue

S’échappe un glacis de chant nu

Voile

De confession continue

Qui ne lui cache rien du noir

Aveugle 

Dont elle s’est dévêtue

 

 

L’autre

(peut-être elle aussi)

Se lève dans la peur et l’amour

S’exile dans la braise des autres

Feint de ne craindre leur bûcher

 

 

Je pars trouver un soleil

Dit-elle à l’Assise,

Et si je ne le peux qu’au moins

L’horizon de mes yeux prenne feu

Dans le vœu que tu retiens

 

 

 

 

 

 

 

 

MC, 28 avril 2019, Variation III des Variations du noir, ou Variations sur le récit (écriture en cours) & Variations du noir, mars 2019, peinture acrylique sur carton entoilé.

 

20190324_180945

 

 

 

 

Ersilia (à Ludovico Nota). — Moi qui n’ai plus voulu la vivre [ma vie], moi qui en ai souffert jusqu’au désespoir, j’ai le droit, il me semble, de vivre au moins dans le récit que tu en feras.

 

(Luigi Pirandello, Vêtir ceux qui sont nus)