Une autre, des Variations du noir

 

 

IV

Leur habit de lumière

Les suspend davantage

Au rien qui les entoure

 

 

De l’une

Le glacis de confession continue

Lisse le corps d’un voile qui l’assied

Sur les mots épuisés

 

 

De l’autre

Une corde de vœux

La rive à l’étreinte

D’un horizon flatteur

 

 

Et ce déluge noir

Ne cesse de broyer

La semaison du coeur

Sous la fleur des nuées

 

 

La corolle d’espoir

Ondule dans le soir

Du calice

Les suspend davantage

 

 

À l’absence d’une communion

À l’orée de leur absence

À l’orée de la communion

 

 

L’une l’autre communient

Avec l’absence continue

D’où elles émanent

 

 
Fleurs à l’orée du linceul infini

 

 
Humaines trouées d’un silence quidam

Humaines fleuries de parler leur silence

(Du noir)

Mortelles trouées silencieusement parlées

Récitantes soumises aux peuples de mots

Épuisés

 

 

 

 

 

(Immortelles dans le noir

Intérieur)

 

 

 

 

 

 

 

MC, avril 2019 / mars 2020, Variation IV des Variations du noir, ou Variations sur le récit (écriture en cours) & Variations du noir, mars 2019, peinture acrylique sur carton entoilé.

20190413_182118